*Anne de la maison aux Pignons verts*


 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un avis sur le sixième opus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Caro Wizzi
je vais devenir accro
avatar

Nombre de messages : 28
Age : 23
A connu d'abord le film ou les livres ? : Les livres, magnifiques écrins pour l'histoire de Anne
L'Anne préférée? : Pour l'instant, le premier
localisation : En France, dans les sentiers qui mènent aux rêves les plus fabuleux
Date d'inscription : 24/10/2009

MessageSujet: Un avis sur le sixième opus   Mar 06 Juil 2010, 17:35

Coucou à tout le monde !

J’ouvre ce sujet pour parler du 6ème livre de l’histoire d’Anne.

Après un cinquième tome un peu doux, un peu fade, j’ai trouvé que ce sixième livre était délicieux. Il a le pouvoir immense de faire revivre notre enfance grâce aux enfants d’Anne.

D’abord, j’ai trouvé que c’était une très bonne idée de faire un bond dans le temps - de sept ans, je crois - pour redonner du punch à l’histoire. Anne et Gilbert ont au début du livre 5 enfants : James Matthew ("Jem"), Walter, Diana, Anne ("Nan") et Shirley. Chacun a un caractère particulier et charmant. J’ai un faible pour Jem et Walter, le premier pour son âme de conquérant et le second pour son incroyable capacité d’imagination : lorsque Lucy Maud Montgomery s’aventure dans ses pensées, j’ai l’impression de lire de la poésie (avec des images, des métaphores étrangement familières).

Au début du livre, on retrouve la savoureuse Anne de la maison aux Pignons verts, on retrouve la description des fleurs colorées et parfumées de l’IPE mais aussi Diana, l’amie d’enfance aux fossettes et aux rondeurs charmantes. Dans un des sujets de ce forum, j’avais dit que j’adorais l’histoire d’Anne Shirley parce que son amitié douce et tendre avec Diana me rappellait la mienne avec ma meilleure amie. Sans rire, j’avais les larmes aux yeux et une sensation bizarre, comme si je me voyais dans quelques années !! Ok je suis un peu grave, et comme beaucoup de personnes de ce forum, je m’identifie de manière très forte avec Anne, mais cette impression de lire ce que serait ma vie si je faisais attention à être meilleure, gentille, charmante, drôle comme l’est Anne ne m’a pas quittée à chaque page du roman, même quand Anne retourne dans la grande maison d’Ingleside.

Ce roman m’a aussi touchée d’une autre manière. Quand on voit la façon merveilleuse dont Anne élève ses enfants, je pense qu'on est naturellement entraîné vers trois comportements :
1) Comparer notre façon d’élever nos enfants à la sienne, si on est mère ou seulement y rêver si on ne l’est pas.
2) Comparer la façon dont on a vécu notre enfance, vu que l’on virevolte entre les différentes consciences des enfants, avec leurs rêves, leurs chagrins, leur découverte d’un monde où les apparences sont trompeuses mais... qui réserve aussi de supers moments.
3) Comparer la façon dont on a été élevé. Cette dernière idée fait un peu mal, parce que quelle mère peut concurrencer Anne Blythe ? On voit tous les défauts que comporte notre éducation : une rêverie pas assez encouragée peut-être, une enfance dans la ville alors que la campagne offre tout l’espace pour faire galoper ses jambes et son imagination, une innocence parfois mal protégée, une fratrie nombreuse avec qui on peut jouer et grandir, sans oublier les différents animaux de compagnie : oiseaux, chats, chiens, qui rendent la vie moins… bête. (désolé, ce sont les vacances, il FAUT que je fasse des jeux de mots idiots ^-^).

Donc d’une certaine manière, ce livre m’a un peu fait mal en remettant à jour une enfance parfois douloureuse, mais il m’a donné envie de vivre des années douces et ensoleillées pour la joie d’aimer et d’élever des enfants.

Autre chose : le plaisir de faire vivre une histoire sans s’arrêter à « ils vécurent heureux, eurent 3 chiots, 2 chats et 6 enfants ». Parce que la vie, même quand on est en couple et en famille, c’est tellement riche !! J’ai bien aimé le réalisme de cet opus, car la joie côtoie la souffrance : Anne qui perd son premier enfant (c’est dans le 5e, mais elle ne l'oublie pas), Jem qui apprend que l’amour ne s’achète pas, Diana (enfant) qui se rend compte que l’amitié est parfois pernicieuse, toute la famille qui connaît une période plus sombre quand la Tante Mary Maria parasite chaque moment de joie, Anne qui change et qui craint que son mari ne l’aime plus, alors qu’il est tout simplement préoccupé par l’état d’un patient au travail. Sans oublier les rires dans la famille, la mère aimante, le père drôle, le fil des saisons, les amours qui se développent, les caractères des gamins qui s’épanouissent…

C’est un ouvrage que j’ai aimé lire à 16 ans, mais qui, j’y compte bien, me touchera encore davantage à 40 ans, l’âge d’Anne dans ce bouquin…

Et vous qu’en avez-vous pensé ?


Dernière édition par Caro Wizzi le Dim 26 Sep 2010, 15:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anneofavonlea
je suis une pie!!
avatar

Nombre de messages : 112
Age : 29
A connu d'abord le film ou les livres ? : le film (comme tout le monde mais rien ne vaut les livres)
L'Anne préférée? : Anne of Green Gables & La Vallée Arc-en-ciel
localisation : france
Date d'inscription : 21/03/2009

MessageSujet: Re: Un avis sur le sixième opus   Sam 25 Sep 2010, 21:54

moi je viens de le commencer
faut quand même s'accrocher pour retenir tous les noms des enfants Smile
je suis assez triste que Anne ait grandit aussi vite mais finalement son bonheur fait le mien et c'est bien de la voir en femme et en mère
quoi qu'un peu déçue qu'elle ait renoncé à écrire

sinon merci beaucoup pour ce beau texte :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne-Elodie
je vais devenir accro
avatar

Nombre de messages : 41
Age : 19
A connu d'abord le film ou les livres ? : Les livres
L'Anne préférée? : Film 1
localisation : Boissy-le-châtel
Date d'inscription : 13/11/2010

MessageSujet: Re: Un avis sur le sixième opus   Mar 27 Nov 2012, 22:43

Je dois avouer que ça fait du bien de voir des enfants prendre le relais. Non qu'Anne soit lassante, pas du tout, mais je préfère quand ce sont des enfants qui sont mis en avant. Et en plus ces enfants sont aussi craquants que leurs maman. Pour l'instant mes préférés sont Walter et Nan mais j'ai hâte de voir ce que donne Rilla dans les prochains tomes Very Happy. J'adore quand elle apporte le gâteau à la fête pour les orphelins et qu'elle le jette dans la rivière parce qu'elle croit que c'est une honte de porter un gâteau. Et quand Diana (la petite) se fait une amie qui dit qu'elle est maltraité, j'adore, d'ailleurs je vous met un extrait quand Di parle d'elle à Susan :
" Susan, la mère de Delilah l'a poursuivie hier soir avec une théière bouillante. Imagine Susan. Bien sûr, Delilah prétend qu'elle ne fait pas ça souvent, seulement quand elle est vraiment exaspérée. La plupart du temps, elle se contente d'enfermer Delilah dans un grenier sombre, un grenier hanté. "
J'aime trop sa naïveté, elle se fait toujours avoir par les autres filles.

Et quand Walter est obligé de dormir chez d'horribles garçon et qu'il repart chez lui à pied dans la nuit, pauvre chou Shit. Et je sens déjà le drame qui l'attend...
Nan est comique aussi lorsqu'elle croit que la dame qui habite la "maison lugubre" est une femme cruelle et méchante (elle ne vous fait pas pensez à Anne et la forêt hantée ?).
Enfin, Jem, est adorable lorsqu'il s'énerve parce que il croit que personne ne l'aime.
Le seul qui ne m'as fait ni chaud ni froid est Shirley, on en entend presque pas parler, sauf au début, où il lance à la méchante tante Mary Maria : "Affreuse vieille tante Mawa", c'était mignon, mais à part ça, rien. J'espère qu'il se rattrape dans le prochain tome.

Mais malheureusement, Anne d'Ingléside n'est pour moi pas exempt de défauts. Autant les chapitres parlant des enfants sont drôle et sympathique, autant d'autres m'ont ennuyé. Je retient particulièrement le chapitre 32, quant les femmes viennent faire leur coutures chez Anne. Elles échangent un tas de commérage et le chapitre dure une vingtaine de pages. Eh bien, c'est la première fois que j'ai sauté des passages dans un livre d'Anne. Je ne détèste pas quand des personnages échangent des commérages, Rachel Lynde et Mlle Cornélia le faisait souvent et ça ne me dérangeait pas, mais ceux exprimés ici m'ont endormis et ils étaient tellement banale, genre "Intel va se marié, Intel est mort, ce pasteur a fait ci, ce pasteur a fait ça". On enlèverai ce chap. 32 et le livre serait beaucoup plus proche de la perfection à mon goût.
Bon, de toute façon, ça ne pèse pas si lourd que ça sur mon avis du livre, qui est pour moi une petite merveille de tendresse. La relation entre Anne et ses enfants est émouvante et mériterait d'être pris en exemple pour beaucoup de parents (les miens sont géniaux et pensent qu'il est bien d'avoir de l'imagination, mais je voit beaucoup de gens qui ne sont pas comme ça). Ah, et les passages où Anne est à tort jalouse de Christine sont criant de vérité, je pense que ça n'arrive pas qu'à elle de douter des sentiments de son amoureux.

En tout cas j'ai adoré ce tome, qui me donne qu'une envie : lire la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un avis sur le sixième opus   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un avis sur le sixième opus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» AVIS DE RECHERCHE !!!!! LE PASSE SIMPLE AU PASSE COMPOSE !
» Avis Populis !
» Avis de recherche !!
» Avis de recherche: Écuyers
» Philips GoGear Opus buuug!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*Anne de la maison aux Pignons verts* :: Anne aux Pignons Verts :: Les livres :: Anne d'Ingleside-
Sauter vers: